Dark fantasy 

Le cycle du dieu noir

Une série écrite par Aemarielle

 

Game of Thrones s’est achevé (plus ou moins en beauté !) et tu ne sais plus comment occuper ton temps libre ? Et si tu prenais des vacances d’OCS ou Netflix pour te plonger dans la  lecture d’une série de fantasy mythologique épicée à souhait ?

Le Cycle du Dieu Noir est fait pour toi !

Tu y trouveras :

  • Une campagne épique prévue sur plusieurs saisons
  • Des moments pour souffler
  • Un univers riche et coloré
  • De l’érotisme
  • Des personnages travaillés avec amour
La déesse Ishtar lovée sur sa couche avec ses amants

Ishtar, aquarelle originale par Aemarielle 

Bienvenue sur le site dédié à l’univers de la série Le cycle du dieu noir. Tu découvriras au fil de l’eau des informations exclusives sur les personnages, sur le royaume de Kemet et bien entendu, tu pourras déguster l’histoire en avant-première !

De quoi parle Le cycle du dieu noir ?

Synopsis du premier épisode

Fraichement débarqué à Djedou avec le précieux butin destiné à une mystérieuse commanditaire, Aenar accumule déjà les problèmes : d’abord des voleurs trop bien informés lui sautent sur le paletot, puis c’est une gamine haute comme trois pommes qui tente de lui dérober son bien.

Et ce n’est que le début…

Un peu de contexte, peut-être ?

Le cycle du dieu noir se déroule dans un univers inspiré de notre Antiquité, notamment l’Egypte ancienne, comme en témoigne la carte ci-dessous. Je publierai prochainement une carte du monde qui te montrera néanmoins quelques différences notables. Tu verras également dans les informations à venir que les divinités présentes ne sont pas tout à fait telles que tu les connais.

Je suis enchantée par ce que je lis ! […]

J’ai trouvé les personnages narrateurs très attachants. J’aime beaucoup le fait que le guerrier scandinave ne soit pas un barbare mal dégrossi et soit plus délicat qu’il n’y parait au premier abord dans la scène de combat de l’extrait n°1. Les personnages féminins sont tous forts à leur façon, avec des caractères bien définis, loin des stéréotypes de potiches ou de faire-valoir que l’on peut trouver dans certains écrits de fantaisie. 

Claire H.

lectrice et autrice

Je viens de terminer cette première partie et je l’ai beaucoup aimé, ça m’a rendu un peu nostalgique (dans le bon sens hein) ça m’a rappelé la lecture de la Moira de H. Loevenbruck […] mais c’est un compliment car j’ai adoré ce roman et j’en garde un excellent souvenir. 

Léna R.

lectrice

Et si on commençait avec une carte?